J’avoue avoir été toujours perplexe devant le succès des 17 albums (jusqu’au récent Mer Noire) de cette série écrite par Jean van Hamme et dessinée par Philippe Francq, qui est à la bande dessinée ce que Les Charlots font l’Espagne sont au cinéma. Et voilà que sort sur les écrans un second film (dont un critique a écrit qu’il était « sensiblement moins mauvais que le premier »), accompagné d’une expo dans dix Fnac, et pour Van Hamme des insignes de Commandeur des Arts et Lettres, vous savez cette décoration qu’on refile toujours aux artistes américains et qui pourrait s’appeler désormais la Médaille Pershing.

Van Hamme est également auteur de XIII – mais au moins William Vance sait dessiner –, succédané de ces séries télévisées qui mettent en scène des agences de Men in Black américains, modernes Templiers détenteurs du Graal qui sauvent le monde. Mais pas le nôtre. Dans le monde de Largo Winch, celui des héritiers virils et des escort girls tarifées ou épousées, les femmes sont toujours siliconées (c’est plus facile à dessiner que le double arrondi subtil d’un vrai sein) sauf les Asiates parce qu’elles sont gouines, les terroristes sont forcément cruels et arabes, les voitures sont évidement décapotables, la finance est bien entendu foncièrement amorale sauf qu’elle devient vertueuse quand le héros s’en mêle.

C’est le monde qu’on continue d’enseigner aux petits cons fraîchement émoulus d’Hec, de l’Essec ou de l’Insead, celles et ceux qui seront directeurs généraux à 35 ans et se prennent déjà, comme leurs aînés qui n’avaient rien vu arriver de la crise de 2008, pour les stratèges de la « guerre économique », dissertant sur les seuils de résistance d’indices boursiers (composites !) comme Nivelle le faisait d’une cote d’état-major du front de l’Argonne ou Navarre d’une colline de Dien Bien Phu. Celles et ceux qui m’exaspèrent lorsqu’ils ont des frissons dans la voix en évoquant leur prochaine expatriation… à Londres. Et qui me voient en Indiana Jones du Barreau lorsque je leur dis qu’à leur âge, j’étais dans l’avion pour Kuala Lumpur et que j’y vécu un an dans un grand appartement qui donnait sur la « jungle » (avec piscine, sauna et squash privés, quand même, ce qu’ils n’auront certainement pas à Londres…).

Leur monde est un monde sécurisé et sécuritaire où l’on vit entre soi, on couche entre soi, on s’entretue entre soi, on se vote des boucliers fiscaux entre soi, on se prête des avions entre soi. Ce monde s’effondre. Mais d’ici là, Van Hamme sera fait Grand Croix de la Légion d’honneur et Sharon Stone entrera sous la Coupole.