Tandis que les dirigeants européens décident de ponctionner les salaires et autres revenus de deux générations à venir, pour assurer les retraites par capitalisation et l'accroissement continu du prix de l'immobilier (parce que la dette c'est ça et pas autre chose : la créance que les banques, les fonds de placement et les fonds de pension détiennent pour le compte de leurs épargnants de plus de 60 ans), les Etats-Unis, eux, continuent de creuser une dette qu'ils ne rembourseront jamais, les nouvelles régles budgétaires, bien illusoires, ne devant entrer en vigueur que le 1er octobre prochain, début de la nouvelle année fiscale outre-Atlantique.

King of the World

Et, même si cela passe inaperçu, des économistes américains ont calculé l'intégralité de cette dette, en y ajoutant tous les emprunts à très court terme, comme ceux de moins de 24 heures habituellement passés en facilité de trésorerie, ni vu ni connu. La Fed et le Trésor font en réalité de la pure cavalerie sur ces emprunts. Et si on ajoute, au chiffre donné habituellement et officiellement de 15.000 milliards de dollars, cet argent qu'il faudra bien un jour rembourser, autrement dit si on arrête les comptes de l'Amérique tous les soirs à minuit, c'est le double qu'elle doit, soit 30.000 milliards de dollars.

2012

Allez, avec un peu d'avance, bonne année 2012.